Titre FR : Cannibal Holocaust

Durée : 98 min.

Pays : Italie

Holocausto Canibal

| |

Une équipe de journalistes composée de trois hommes et une femme se rend dans la jungle amazonienne à la recherche de vrais cannibales. Bientôt, la troupe ne donne plus aucun signe de vie. Le gouvernement américain décide alors d’envoyer une équipe de secours sur place. Celle-ci retrouve, grâce à une tribu amazonienne, les cassettes vidéos de la première équipe, qui renferme le terrible secret de leur disparition…

Cannibal Holocaust est un grand classique. Il est le film fondateur du sous-genre Found Footage. Sous couvert d’un simple film de cannibales, il est une vraie réflexion civilisationnelle avec comme sous-titre « qui sont les sauvages ? » ainsi qu’une critique subtile d’une société accro au sensationnalisme. La réalisation est bluffante de facilité, notamment à rendre ce monde cannibale réaliste. Avec l’appui de la superbe musique d’Ortolani, Deodato signe ici son chef d’œuvre absolu.

S’il est un film rare et précieux, c’est bien Cannibal Holocaust.
Un anthropologue part à la recherche d’une équipe scientifique disparue en Amazonie. Les images découvertes s’apparentent au musée des horreurs et constituent un choc visuel parfois insoutenable. D’un film gore, on n’attend souvent qu’une histoire assez sommaire. Ce n’est pas le cas ici. Le propos se double d’une réflexion philosophique : les atrocités commises par les tribus les plus frustes ne sont-elles pas l’œuvre de la civilisation ? Cette recherche intellectuelle est bien symbolique des années 70. Pris au premier degré, Cannibal Holocaust est incontestablement le point de départ de la violence crue au cinéma, sur laquelle le jugement moral n’a pas de prise. Reste une masterpiece à soumettre aux anthropologues, mais pas aux candidats de Koh Lanta !